Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : taichichuan côte basque
  • taichichuan côte basque
  • : Tai Ji Quan (postures, enchaînements, tui shou), Armes (épée, bâton, éventail) Qi Gong, Méditation, Yi Jing, Feng Shui Sensitif Relation Homme et paysage, stages; Invitation à visiter le site de l'association
  • Contact

Infos

f.jpg

 

 

 abstrait-ying-yang-11.gif

ooooooooooo 

 

Durant toute l'année

 

1 cours d'essai gratuit

 

Découverte, initiation

 

Tai Ji Quan

Tous les mardis à 12h

et jeudis à 10h

 

Qi Gong

Tous les jeudis à 18h30

 

 

 

 

ooooooooooo 

 

      Pour vos amis

et connaissances

Le Passeport Découverte

 

 Sans titre-1 copie 

 

Renseignements 06 85 80 47 50

 

ooooooooooo 

 

Horaires des cours

 

 Cours niveau 1 

 

(débutants et +)

Lundi 10h45

Etang du Turc, Ondres

 

ooooooooooo 

 

Lundi 18h30,

Mardi 12h, Jeudi 10h

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooooo 

  

Vendredi 18h30

Urrugne

(Amicale laïque Adixkidea)

 

ooooooooooo 

 

Cours niveau 2 et 3

 

Mercredi 19h

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooooo 

 

Qi Gong

 

Mardi 10h30 (UTLA)

Jeudi 18h30

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooo

 

Méditation

 

1 Samedi par mois

salle des catalpas

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooo

 

  Pour tout renseignement: 

 
Tel: 06 85 80 47 50   


ooooooooo 

 

oiseaux blog-1

 

 

ooooooooo

 

Recherche

Bonjour à tous,

Le collectif " a fleur de temps « travaille sur un nouveau projet

Texte libre

2022 Ensemble 
Année du Tigre d'eau

Le Tigre

Courageux et indépendant.

 

Né pour commander,

il déteste obéir.

Donnant une impression de

largeur de vue et de tolérance,

il est en fait très personnel

et même souvent dur.

Il a un assez mauvais caractère.

Son courage est souvent

de l’inconscience car il a un

très grand goût du risque.

Il a le souci de sa réputation

et apprécie que l’on dise

du bien de lui.

Aimant à se mettre en avant,

il risque, s’il n’y prend garde,

de se faire des ennemis.

Il lui plaît d’agir en grand seigneur

sans trop faire attention au détail,

et là aussi,

il encourt les critiques.

Mais s’il sait tenir parole,

il peut retrouver le respect qu’il mérite.

Son caractère est généreux

et il est capable pour les autres

de tous les sacrifices,

mais il est rarement payé de retour.

 

ooooooooooooooooooooo

 

Yi Jing


Le Yi Jing


(Le classique des mutations) est une aide précieuse lorsque vous désirez faire le point sur une situation, recevoir un avis ou un point de vue différent, faire un choix, connaître le moment approprié pour une action, savoir quelle attitude adopter.

Fondé sur la constatation que le changement est la seule chose certaine, et que toute situation évolue en fonction de son  rythme propre, en captant le moment où vous vous situez. Le Yi Jing répondra à toutes vos questions en vous donnant la meilleure stratégie à adopter

 

Tél: 06 85 80 47 50

oooooooooooooooooooo

 

 

Qi GONG

et

Paysage 

 

Feng Shui Sensitif

 

Vallée  de l'Arberoue

(prés d'Hasparren)

et

Grottes d'Isturitz

 Tél: 06 85 80 47 50

 

ooooooooooooooooooooo 


Dragons

 

 

Passage 2016

Dragon d'Argent

Dragon de feu

Fred et Isabelle

Dragon d'eau

ooooooooooooooooooooo  




 

 

 

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 23:00

Le 10 mars 2009 marque le 50e anniversaire de la fuite du dalaï-lama en Inde, à la suite de l'écrasement du soulèvement contre l'occupation chinoise. Robbie Barnett, qui dirige le Centre d'études tibétaines modernes à l'université Columbia, à New York, décrit l'évolution de la politique chinoise dans cette région.

Quelle a été la politique chinoise au Tibet depuis cinquante ans ?

ROBBIE BARNETT Pendant les huit premières années qui ont suivi l'invasion du Tibet [en 1951], la Chine a tenté de faire des compromis avec l'élite tibétaine, les aristocrates et la hiérarchie religieuse, sans jamais parler de réforme. La fuite du dalaï-lama en Inde, il y a cinquante ans, a marqué la fin de cette tentative du dirigeant chinois, Mao Tsé-toung, d'accepter la réalité de la situation. Au cours des vingt années suivantes, Mao a redistribué les terres à la classe paysanne, déclenchant une inimaginable période de férocité, de meurtres et de ferveur idéologique. Tout change en 1979. Deng Xiaoping annonce une sorte d'entente avec l'élite tibétaine, qui est réhabilitée, et encourage un renouveau culturel. En 1980 à Lhassa, le secrétaire général du Parti communiste chinois, Hu Yaobang, s'excuse pour les atrocités passées et annonce que les cadres chinois au Tibet seront graduellement remplacés par des Tibétains. Un geste extraordinaire et impensable aujourd'hui ! L'ouverture débouche, au début des années 1990, sur une politique de soutien à la classe moyenne tibétaine. Cette période, durant laquelle les Chinois ont fait preuve de leur capacité d'accepter la société tibétaine dans sa totalité, était sans conteste la plus prometteuse pour l'avenir du Tibet. Aujourd'hui, ils s'en éloignent chaque jour davantage. A partir de 1992, Pékin est allé bien au-delà des mesures répressives militaires et policières classiques.

 

Comment ?

 

Pékin a commencé à détruire le tissu culturel tibétain, qu'il considère comme étant à la racine des idées nationalistes, à l'aide de commissaires politico-culturels. Cette stratégie a été formalisée en 1994 par l'ancien président Jiang Zemin, qui a officiellement interdit le culte du dalaï-lama, et obligé le clergé à le dénoncer par écrit. Auparavant, seules les positions politiques du dalaï-lama étaient critiquées. Tous les fonctionnaires, même les balayeurs municipaux, ainsi que les étudiants, se sont vu interdire de pratiquer tout culte religieux ; les livres d'histoire du Tibet ont été récrits dans un sens minimisant le rôle de la religion ; les intellectuels tibétains enseignant dans les universités ont été mis à la retraite anticipée, tandis que la politique d'introduction du tibétain en tant que langue d'enseignement dans les écoles secondaires a été révoquée… Cette décision de la Chine moderne d'adopter – en se gardant de les rendre publiques – des pratiques héritées de la Révolution culturelle constitue un tournant significatif.

 

Le dalaï-lama décrit la situation actuelle au Tibet comme une occupation militaire…

 

Le Tibet est une garnison géante. Il y a une quinzaine de casernes autour de Lhassa, dont certaines sont immenses, et à l'approche d'une date anniversaire sensible, on voit des soldats armés prendre position derrière des sacs de sable. Les policiers s'équipent de gilets pare-balles, bien qu'il n'y ait pas eu de cas de Tibétains utilisant une arme pour des raisons politiques depuis une trentaine d'années. La Chine paraît décidée à résoudre le problème du Tibet avec ses soldats plutôt que par le dialogue politique. On l'a vu l'an dernier, avec la répression des 150 manifestations qui ont éclaté en l'espace de quelques semaines au Tibet.

 

Pourquoi les trois rencontres qui ont eu lieu l'an dernier entre les émissaires chinois et ceux du dalaï-lama ont-elles échoué ?

 

Le pouvoir chinois a confié la question tibétaine à des bureaucrates qui n'ont pas intérêt à la résoudre, car la moindre concession déclencherait une réaction immédiate des durs du régime et des militaires, conduisant au limogeage de ces mêmes bureaucrates. C'était la recette parfaite pour un échec programmé.

 

Pékin refuse-t-il l'idée même d'un compromis politique ?

 

Cela va plus loin encore. La Chine permet, depuis l'an dernier, l'expression nouvelle d'une haine ethnique à l'encontre des Tibétains. Pékin encourage un mouvement nationaliste qui qualifie désormais ouvertement les Tibétains de "terroristes" et les traite de manière discriminatoire, voire raciste. Depuis janvier, les Tibétains se voient refuser l'accès à beaucoup d'hôtels, à Pékin ou ailleurs en Chine! Même des officiels tibétains sont parfois victimes de cette discrimination. Les Tibétains, qui sont pour la plupart persuadés que des centaines d'entre eux ont été tués dans la répression des manifestations de l'an dernier, n'ont plus la moindre considération pour ce gouvernement.

 

Propos recueillis par Philippe grangereau

Le Temps

Partager cet article

Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 00:00

Le nombre de cas déclarés de  VIH/SIDA a augmenté de 50% l'année dernière pour atteindre 216  dans la province du Gansu (nord-ouest). 

     Seules 10 personnes avaient été déclarées atteintes du virus  VIH/SIDA en 2000, a annoncé le Centre provincial du  Contrôle et de la Prévention des maladies du Gansu (GPCDC). 

     Au cours de l'an passé, 55 personnes ont manifesté les  symptômes du sida et 34 autres ont succombé à la maladie, a  indiqué Yu Ailing, directeur du département de la prévention du  virus du GPCDC. 

     Cependant elle a affirmé que la propagation du virus dans la  province n'était pas grave. 

     "Cette forte hausse du nombre de cas vient du fait que le  gouvernement a renforcé les efforts de prévention et de contrôle  de la diffusion du virus, entraînant une multiplication du nombre  de tests de dépistage", a expliqué Mme Yu. 

     Elle a insisté sur le fait que le sida se propageait  relativement lentement au Gansu par rapport à d'autres régions de  la partie continentale de la Chine. 

     Un total de 682 cas du virus ont été rapportés au Gansu depuis  1993, année où le premier cas a été découvert. 113 personnes ont  depuis succombé à la maladie dans la région. 

     Le ministère chinois de la Santé, le programme ONUSIDA et  l'Organisation mondiale de la Santé ont estimé à environ 700 000  le nombre de Chinois infectés par le virus VIH/SIDA à la fin de  l'année 2007, dont 85 000 sidéens.

Partager cet article

Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 11:12

Le premier site internet chinois  sur les droits de l'Homme dans la Région autonome du Tibet  (www.tibet328.cn) a été mis en ligne. 

Le site contient une dizaine de rubriques, dont Tibet  d'aujourd'hui, Histoire et Vérité, Documents, Opinion, Photos et  Vidéos. L'information est affichée en chinois, en anglais, en  français et en allemand. 

     Ce site est sponsorisé par l'Association chinoise sur les  Etudes des Droits de l'Homme. Cette association a déclaré que le  site était lancé pour marquer le 50ème anniversaire de la réforme  démocratique et l'émancipation des serfs au Tibet, en 1959. 

     L'Association a indiqué qu'elle se servirait de mots, de  données et d'images pour transmettre au monde les changements  extraordinaires enregistrés sur les droits de l'Homme au Tibet au  cours des 50 années passées.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 00:00

La Chine doit fournir aux  habitants des zones rurales un accès plus large à l'éducation et à la formation afin de soutenir l'agriculture et augmenter l'emploi  des agriculteurs, a déclaré Wen Simei, vice-président du  Comité central de la Ligue démocratique de Chine, un parti  non-communiste. 

     Selon lui, le gouvernement doit faire de l'introduction de  techniques agricoles modernes et d'amélioration des compétences  d'emploi non-agricoles de la population rurale un objectif  fondamental, car ces populations ont "des niveaux scientifiques et culturels relativement bas". 

     Une enquête lancée par le ministère chinois de l'Agriculture  (MCA) montre que les agriculteurs chinois ont reçu une éducation  de 7,8 ans en moyenne et que plus de 70% d'entre eux n'ont qu'une  éducation primaire ou du premier cycle de l'école secondaire. 

     Parmi les ouvriers ruraux quittant leur pays natal pour des  emplois urbains pendant le premier semestre de l'année 2007, seuls 19,7% possédaient une formation professionnelle, a ajouté Wen  Simei qui est également membre du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC). 

     La formation professionnelle peut faciliter le transfert de  main-d'oeuvre de l'agriculture vers les secteurs non agricoles et  aider à garantir des emplois stables aux travailleurs migrants,  a-t-il ajouté dans un discours lors de la session annuelle de la  CCPPC. 

     A cause de la baisse de la demande étrangère sur les  industries exportatrices des régions côtières chinoises, environ  20 millions des 130 millions de travailleurs migrants ont dû  retourner chez eux, sans emploi.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 00:00

La Chine prendra cette année des  "mesures décisives" en vue d'établir un système légal socialiste  aux caractéristiques chinoises, a indiqué i le président du  Comité permanent de l'APN (parlement chinois) Wu Bangguo. 

     L'APN, corps législatif suprême, discutera et adoptera les  nouvelles lois qui formeront la colonne vertébrale de ce système  légal. Par ailleurs, l'APN mènera une étude systématique des lois  actuelles pour réviser ou éliminer les articles démodés ou  inappropriés, a déclaré Wu Bangguo. 

     L'APN doit améliorer sa qualité de législation en conformité  avec les principes édictés par le 17e Congrès national du Parti  communiste chinois (PCC), a-t-il souligné.  

     Lors de la présente session, l'APN va rédiger au moins sept  lois sur la sécurité sociale, le niveau de vie, la responsabilité  de délits, etc., et révisera sept lois sur les compensations  accordées par l'Etat, la protection des secrets d'Etat etc., a  précisé Wu Bangguo. 

     Le Comité permanent de l'APN a clairement fait sa priorité de  l'établissement d'un système légal socialiste aux caractéristiques chinoises.  

     Jusqu'à 2008, la Chine a établi "les bases" de son système dont le fondement est la Constitution, sept types de lois comme colonne vertébrale, ainsi que sa législation comprenant trois niveaux: les lois, les règlements administratifs et les ordonnances locales,  a-t-il souligné. 

     Qi qi, président de la Cour populaire supérieure de la province du Zhejiang (est) et député de l'APN, a loué les efforts de l'APN  pour formuler et réviser les lois. 

     La Loi sur la Sécurité alimentaire, adoptée plusieurs jours  avant cette session de l'APN, est un exemple de ces efforts.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 00:00

En cette fin mars, les Tibétains s'apprêtent à célébrer les 50 ans de la fuite du dalaï-lama et de l'écrasement de leur rébellion par la Chine. A l'approche de ce double anniversaire, Pékin a dépêché des renforts de troupes dans plusieurs parties du Tibet, annonce le journal anglophone, voix du régime chinois à l'étranger. Selon lui, les partisans du dalaï-lama constituent le principal obstacle au développement de la province. Les émeutes qu'ils fomentent, entre autres, feraient fuir les touristes.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 00:00

Un moine bouddhiste qui s'était immolé par le feu en signe de protestation dans la préfecture d'Aba, au Sichuan, a survécu à ses blessures et se trouve hospitalisé à Chengdu depuis une semaine. Il est hors de danger. C'est ce qu'a confirmé l'agence officielle chinoise Xinhua, citée par le quotidien hongkongais South China Morning Post. Agé de 24 ans, le moine, identifié sous le nom de Tashi ou Tapey, était étudiant au monastère de Kirti, a précisé l'agence.

 

Des organisations de défense du Tibet avaient annoncé, il y a quelques jours, qu'un moine s'était immolé en signe de protestation contre les restrictions à la religion par les autorités chinoises. Ces organisations faisaient aussi état de coups de feu portés sur le moine après qu'il se soit immolé, ce qui a été nié par des responsables locaux. Toute la région du Tibet et des zones de peuplement tibétain est actuellement sous haute sécurité, à l'approche du 50e anniversaire de la fuite du dalaï-lama en Inde, le 10 mars.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 00:00

Il est faut éviter la surchauffe dans le développement de l'énergie nucléaire en Chine et renforcer le contrôle de la sécurité des centrales, a averti Wang Yuqing, ancien directeur du Bureau national de la sécurité nucléaire, dans le magazine économique Caijing. La Chine a planifié un important développement de la production d'énergie nucléaire. Ses capacités, de moins de 10 millions de kilowatts actuellement, pourraient atteindre 40 millions de kilowatts en 2020. Pour réaliser cette ambition, les provinces de l'intérieur du pays connaissent aujourd'hui une vague de construction de centrales nucléaires. Outre les provinces côtières comme le Guangdong, le Jiangsu ou le Zhejiang, qui ont déjà des centrales nucléaires, douze autres provinces lancent leurs propres projets.

Cette frénésie de développement nucléaire va augmenter les risques liés à la sécurité, selon Wang, même si la planification pour la supervision de la sécurité nucléaire est aux normes internationales. Mais la qualité des gestionnaires et des contrôleurs, le niveau des connaissances professionnelles et les moyens de contrôle sont loin derrière les critères internationaux. De plus, au regard de la quarantaine de spécialistes par générateur à l'étranger, la Chine ne possède qu'une poignée de professionnels, soit un peu plus de 300 personnes, ce qui est déjà juste pour gérer les quatorze générateurs actuels. Le risque nucléaire va potentiellement augmenter.
Il ne faut pas aller trop vite dans le développement des centrales nucléaires, a averti Wang, le moindre accident détruirait l'avenir du développement des centrales nucléaires chinoises.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 00:00

Le 19 janvier, l’Assemblée populaire de la région autonome du Tibet a adopté une résolution instituant le 28 mars Journée de commémoration de l’émancipation des serfs tibétains. Voilà qui montre clairement que graver les faits dans la mémoire collective est devenu aujourd’hui un moyen pour tous les pouvoirs politiques de se forger une légitimité. Pékin avertit ainsi une nouvelle fois ses opposants, laissant entendre qu’il sera désormais encore plus difficile de lui tenir tête. L’adoption de cette commémoration remet aux calendes grecques la perspective de voir un jour le dalaï-lama [chef du gouvernement tibétain avant l’invasion chinoise] rentrer en Chine.

En 2008, soumis à la pression internationale en raison des Jeux olympiques, Pékin a été forcé de dialoguer avec Dharamsala [la rencontre entre les autorités chinoises et les émissaires du dalaï-lama en juillet 2008 a été un échec]. Avec la création de cette Journée de l’émancipation des serfs tibétains, Pékin dévoile enfin sa contre-attaque.
Un point mérite cependant réflexion. Cette journée commémorative ne marque pas la “libération du Tibet” [qui désigne en chinois la “libération” par les troupes chinoises du régime féodal tibétain, en 1950], mais bien la libération de millions de paysans réduits en esclavage. Le gouvernement chinois joue là-dessus pour souligner le caractère “juste” de son intervention il y a cinquante ans et mettre dans l’embarras ses opposants. Pékin et le dalaï-lama ont un souvenir diamétralement opposé des événements qui se sont passés au Tibet. Cela n’a rien d’étonnant ! Cela correspond aux deux facettes d’une même entité, de même que le Moyen Age a été une période marquée à la fois par une grande spiritualité et par un profond obscurantisme. Il n’y a que sur le plan politique que l’on cherche à se servir d’un pan de l’Histoire pour conforter sa propre légitimité tout en niant celle de l’adversaire.

A présent, le problème le plus épineux qui se pose à Dharamsala, c’est de trouver le moyen de maintenir l’intérêt de l’Occident pour la question tibétaine. En gravant ces événements dans la mémoire collective, Pékin oblige toute force séparatrice en Chine qui souhaiterait sortir du rail tracé à obtenir l’assentiment de plusieurs centaines de millions de cerveaux. Il rend également plus difficile toute concession politique de sa part à l’avenir.

 

Wei Zhou

Blogueur chinois

Partager cet article

Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 00:00

Coca-Cola échoue à

acheter le géant chinois

Huiyuan

 

Huiyuan, leader sur le marché du jus de fruits en Chine, ne tombera pas dans l'escarcelle de Coca-Cola. Le 18 mars, Pékin a invoqué sa loi antimonopole, entrée en vigueur en août 2008, pour empêcher le groupe américain de racheter l'entreprise. Coca-Cola avait déposé en septembre une offre de 2,4 milliards de dollars. La transaction, si elle avait été menée à terme, aurait constitué la plus importante prise de contrôle d'une

sociétéchinoise par une entreprise étrangère.

Partager cet article

Repost0
t>