Publié le 19 Juillet 2019

Les douaniers chinois installent des logiciels espions sur les téléphones de touristes entrant au Xinjiang

 

Le logiciel vérifie si les téléphones contiennent des références à une liste de 73 000 sujets. 

Un camp de détention à Dabancheng, dans la province du Xinjiang, en 2018. Thomas Peter / REUTERS

Les douaniers chinois installent des mouchards sur les téléphones des personnes qui entrent dans le pays par la frontière entre le Kirghizistan et la région du Xinjiang, révèle une enquête conjointedu Guardian, de la Süddeutsche Zeitung, de NDR, du New York Timeset de Motherboard. Cela concerne les touristes et citoyens chinois se présentant à la frontière de cette région où vivent la majorité des Ouïgours, minorité de culture musulmane, et où Pékin a imposé des mesures sans précédent de surveillance technologique et de répression policière au nom de la lutte contre le terrorisme islamique. Selon les estimations des Nations unies, un million de Ouïgours (sur une population totale de 11 millions) seraient actuellement détenus dans des camps.

Selon l’enquête des cinq médias, les téléphones Android des entrants dans la région sont brièvement pris par les douaniers, qui y installent une application de surveillance. Le logiciel est programmé pour rechercher sur le téléphone et dans l’historique de navigation des contenus liés à des sujets « sensibles », qui vont du magazine anglophone d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique, Inspire, à des textes du dalaï-lama, en passant par un morceau du groupe de métal japonais Unholy Grave. Au total, l’application vérifie la présence de contenus liés à 73 000 idées, personnalités ou œuvres différentes. Une fois l’analyse effectuée, le logiciel génère un rapport, qui est ensuite transmis par Internet à un serveur chargé de le réceptionner.

Surveillance permanente

Les propriétaires d’iPhone subissent une procédure différente : leurs téléphones sont brièvement saisis, le temps d’être scannés par les douaniers. L’analyse du logiciel n’a pas permis de déterminer si d’autres données étaient extraites des téléphones sur lesquels l’application était installée.

 

Le Xinjiang fait l’objet d’une surveillance électronique permanente de la part de Pékin, qui y utilise toutes les technologies les plus intrusives : reconnaissance faciale, fichage ADN, vidéosurveillance permanente, drones, géolocalisation des téléphones… Chaque comportement paraissant « anormal » peut donner lieu à une enquête et, éventuellement, à une arrestation.

Le Monde Publié le 02 juillet 2019 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Juillet 2019

Pratiquée par les hommes d’un certain âge, cette exhibition du ventre n’est plus du goût des municipalités, qui veulent l’interdire car elle nuirait à « l’image de la ville » et au « moral de ses habitants ».

Qui s’est déjà aventuré dans une ville chinoise en plein pic de chaleur a forcément croisé l’un de ces hommes, pour la plupart d’un certain âge, le tee-shirt roulé sur le torse, laissant poindre un ventre adipeux. Une technique de rafraîchissement si courante qu’elle porte même un nom : le « bikini pékinois ».

Mais depuis peu, cette forme d’exhibition nombrilique ne semble plus du goût des autorités publiques. Début juillet, la ville de Jinan, capitale de la province du Shandong aux 8,7 millions d’âmes, a interdit le bang ye, littéralement « les vieux hommes dénudés ».

Selon le site d’informations chinois Sixth Tone, la municipalité a publié un nouveau guide listant les « comportements discourtois »répréhensibles, parmi lesquels figure désormais le fait de se promener torse nu dans un lieu public. Pour justifier cette classification, les autorités ont expliqué que la pratique « nuisait à l’image de la ville et au moral de ses habitants ». Les contrevenants se verront rappeler à l’ordre verbalement dans un premier temps, puis seront publiquement dénoncés en cas de récidive.

Energies chaudes du « qi »

La pratique n’est pas la seule à être visée par la mairie de Jinan. Dans la liste d’interdictions figure aussi le fait d’enlever ses chaussures en public pour rafraîchir ses pieds, cracher par terre, promener son chien « de manière incivile » ou encore resquiller dans une file d’attente. Mais l’interdiction du bikini pékinois est celle qui provoque le plus de débats.

Historiquement, la pratique est héritée de la médecine traditionnelle chinoise, rappelle le Washington Post. Exposer son diaphragme permettrait d’évacuer les énergies chaudes du qi autour des organes. Or, en cette période où le climat ne cesse de se réchauffer – la température dans la région a atteint 36 oC cette semaine –, la question de la viabilité des grandes agglomérations chinoises lors des canicules se pose de plus en plus.

« Soulever son tee-shirt provoque moins d’émissions de carbone que d’allumer l’air climatisé, relève un internaute chinois cité par le site de la chaîne américaine CNNlaissons les personnes âgées agir comme elles le souhaitent. »

D’autant que le critère esthétique relève de la discrimination, soulignent de nombreux utilisateurs du réseau social chinois Weibo. « Si les corps sont beaux alors on est d’accord, mais s’ils sont vieux et flétris, cela devient hors de question », dit un utilisateur cité par le site Radii China. Nombre d’internautes saluent toutefois la décision, arguant du fait qu’on ne peut pas se comporter dans la rue comme on agit chez soi.

La ville de Jinan n’est pas la première à prendre des mesures contre les torses nus. En mai, un habitant du port de Tianjin a reçu une amende équivalent à 6,25 euros pour s’être aéré le ventre. A Handan, dans la province du Hebei, les autorités publiques ont même produit un spot publicitaire pour inciter les hommes âgés à abandonner cette pratique. On y voit une jeune femme venir présenter son petit ami pour la première fois à son père, qui joue dans un parc public torse nu. « Est-ce vraiment ton père ? Il est tellement irrespectueux ! », s’insurge l’aspirant gendre. A la fin de la vidéo, le père consent finalement à mettre tee-shirt et chapeau en dehors de son domicile.

Le Monde le 8 Juillet 2019

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Juillet 2019

Repost0

Publié le 9 Juillet 2019

Fa Mulan, interprétée par l'actrice chinoise Liu Yifei, est bien déterminée à se battre.

DISNEY - “Attaquons l’exercice, pour défaire les Huns”. Si vous aimez “Mulan”, vous avez très probablement chanté cette phrase dans votre tête. Et vous allez tout aussi sûrement aimer la bande-annonce que vient de dévoiler Disney ce dimanche 7 juillet.

 

Le film “Mulan”, qui doit sortir en mars 2020, se dévoile dans cette vidéo d’une minute et demi que vous pouvez-voir en tête d’article.

L’actrice chinoise Liu Yifei incarne Fa Mulan, qui apprend par sa famille que la “marieuse” lui a trouvé “le mari idéal” et qu’il est temps pour elle de se faire passer la bague au doigt. Alors que cette femme lui enseigne comment devenir “la meilleure des épouses”, les scènes d’entraînements et de combats au sabre se succèdent, présentant une héroïne particulièrement douée et déterminée. Ce qui devrait correspondre à la dernière partie du film d’animation d’origine lorsqu’elle a fini son entraînement. 

Il faudra probablement attendre une prochaine bande-annonce pour enfin voir le dragon Mushu, le criquet Cri-Kee, Li Shang et son équipe d’apprentis guerriers. 

Cette nouvelle version de “Mulan”, réalisée par Niki Caro, est basée sur le film d’animation de 1998, qui a rapporté 304,3 millions de dollars dans le monde et a été nominé aux Oscars et aux Golden Globes.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Juillet 2019

Hayao Miyazaki est l’un des réalisateurs, dessinateurs, et producteurs de films d’animation les plus emblématiques du Japon et du monde. Une série de documentaires vous présente sa vie et son art.

 

Quatre épisodes de 49 minutes vous permettent d’entrer dans le quotidien du créateur des films d’animation. En regardant " Ten years with Hayao Miyazaki ", vous apprenez pourquoi et comment certaines de ses œuvres ont été créées, vous découvrez sa relation privilégiée avec son fils, vous êtes plongés en plein cœur du processus de création de ce grand réalisateur. Vous suivez ses discussions, ses doutes et ses découvertes. C’est fascinant ! Le meilleur, c’est que le tout est disponible gratuitement sur le site de la chaîne japonaise NHK. Tous les épisodes sont disponibles en anglais sous-titré ou en japonais sous-titré.

Ce petit bijou de documentaire, on le doit au réalisateur Kaku Arakawa. Il a passé 10 de sa vie à filmer celle de Hayao Miyazaki. Chaque épisode se penche sur la réalisation d’un film en particulier. Le premier retrace la création de " Ponyo sur la falaise ", sorti en 2009. On y apprend que l’histoire de Sosuke et Ponyo a en réalité été imaginée à partir d’une seule et même image ! Durant le deuxième épisode, on suit les équipes d’Hayao Miyazaki en train de travailler sur le dessin des images de " Ponyo sur la falaise ", un travail de titan qui s’est fait entièrement à la main. Ensuite, dans le troisième épisode, on suit le réalisateur Japonais travailler sur " La colline aux coquelicots ", une sorte d’hommage aux victimes du tremblement de terre du 11 mars 2011. Le dernier épisode est consacré à " Le vent se lève ", sorti en 2013.

Ses films ont bercé notre enfance

A 78 ans, Hayao Miyazaki continue de fasciner. En Occident, il est souvent comparé à Walt Disney, tellement ses films d’animation ont pu bercer et marqué notre enfance à tous. Parmi ses chefs-d’œuvre les plus connus on peut notamment citer : " Princesse Mononoké ", " Le château ambulant ", " Ponyo sur la falaise " et " Le voyage de Chihiro ".

Hayao Miyazaki choisit souvent comme principaux des jeunes filles ou femmes fortes et indépendantes. Les personnages des méchants sont quant à eux aussi très travaillés. Ils présentent tous des qualités qui les rendent moralement ambigus. Certains thèmes sont omniprésents dans ses films d’animation, comme la relation de l’humanité avec la nature, l’écologie et la technologie ainsi que la difficulté d’être pacifiste dans un monde en guerre.

RTBF Culture

Marion Jaumotte

Le 30 Juin 2019

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 2 Juillet 2019

IMPORTANT : Devoirs de vacances

 

Par beau temps, il est prévu de se retrouver pendant ces vacances d'été pour pratiquer entre nous, retravailler les enchainements, la mémorisation etc.

Cette façon de travailler est très intéressante, dans le sens où sans le professeur nous sommes obligés de moins nous laisser porter, de plus nous concentrer, de repenser à ses corrections, de les travailler et de mémoriser.

 

Ces rencontres ne sont pas des cours, c'est pratiquer ensemble  des devoirs de vacances et ce ne sont pas les plus faciles.

Quand le chat n'est pas là .......les souris ne dansent pas, elles travaillent les acquis de l'année.

 

Rencontres prévues:

ONDRES : Etang du Turc

Tous les Lundi matin de 10h  Tai Ji Quan

Référent Sayuri : 07 68 08 92 77

Afin qu'elle ne se déplace pas pour rien, envoyez-lui un texto pour la prévenir de votre venue.

 

ANGLET : Centre Sportif Haitz péan

Tous les Lundi soir de 18h30  Tai Ji Quan

Référente Marie Christine Dassance : 06 67 98 83 00

Afin qu'elle ne se déplace pas pour rien, envoyez lui un texto pour la prévenir de votre venue.

 

Tous les Jeudi soir de 18h30  Qi Gong

Référente Marie Christine Dassance :  06 67 98 83 00

Afin qu'elle ne se déplace pas pour rien, envoyez lui un texto pour la prévenir de votre venue.

 

 

 

A la rentrée, pour éviter ça :

ou ça :

Pour ne pas provoquer ça :

 

ou ça :

 

Bonnes vacances à tous

Rentrée le 2 septembre 2019

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Juin 2019

Renseignements auprès de Maité.

(possibilité de logements à tarifs réduits)

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 26 Juin 2019

Repost0

Publié le 21 Juin 2019

Repost0

Publié le 17 Juin 2019

Samedi de 10h à 13h

Dimanche de 9h30 à 12h30

 

Inscription auprès de Maité pendant les cours

ou: 

Tél. O6 85 80 47 50 

Email: contact@taichichuan-cotebasque.com

 

 

Voir les commentaires

Repost0