Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : taichichuan côte basque
  • taichichuan côte basque
  • : Tai Ji Quan (postures, enchaînements, tui shou), Armes (épée, bâton, éventail) Qi Gong, Méditation, Yi Jing, Feng Shui Sensitif Relation Homme et paysage, stages; Invitation à visiter le site de l'association
  • Contact

Infos

f.jpg

 

 

 abstrait-ying-yang-11.gif

ooooooooooo 

 

Durant toute l'année

 

1 cours d'essai gratuit

 

Découverte, initiation

 

Tai Ji Quan

Tous les mardis à 12h

et jeudis à 10h

 

Qi Gong

Tous les jeudis à 18h30

 

 

 

 

ooooooooooo 

 

      Pour vos amis

et connaissances

Le Passeport Découverte

 

 Sans titre-1 copie 

 

Renseignements 06 85 80 47 50

 

ooooooooooo 

 

Horaires des cours

 

 Cours niveau 1 

 

(débutants et +)

Lundi 10h45

Etang du Turc, Ondres

 

ooooooooooo 

 

Lundi 18h30,

Mardi 12h, Jeudi 10h

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooooo 

  

Vendredi 18h30

Urrugne

(Amicale laïque Adixkidea)

 

ooooooooooo 

 

Cours niveau 2 et 3

 

Mercredi 19h

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooooo 

 

Qi Gong

 

Mardi 10h30 (UTLA)

Jeudi 18h30

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooo

 

Méditation

 

1 Samedi par mois

salle des catalpas

Centre Sportif 

Haitz Péan

Anglet

 

ooooooooo

 

  Pour tout renseignement: 

 
Tel: 06 85 80 47 50   


ooooooooo 

 

oiseaux blog-1

 

 

ooooooooo

 

Recherche

Bonjour à tous,

Le collectif " a fleur de temps « travaille sur un nouveau projet

Texte libre

2022 Ensemble 
Année du Tigre d'eau

Le Tigre

Courageux et indépendant.

 

Né pour commander,

il déteste obéir.

Donnant une impression de

largeur de vue et de tolérance,

il est en fait très personnel

et même souvent dur.

Il a un assez mauvais caractère.

Son courage est souvent

de l’inconscience car il a un

très grand goût du risque.

Il a le souci de sa réputation

et apprécie que l’on dise

du bien de lui.

Aimant à se mettre en avant,

il risque, s’il n’y prend garde,

de se faire des ennemis.

Il lui plaît d’agir en grand seigneur

sans trop faire attention au détail,

et là aussi,

il encourt les critiques.

Mais s’il sait tenir parole,

il peut retrouver le respect qu’il mérite.

Son caractère est généreux

et il est capable pour les autres

de tous les sacrifices,

mais il est rarement payé de retour.

 

ooooooooooooooooooooo

 

Yi Jing


Le Yi Jing


(Le classique des mutations) est une aide précieuse lorsque vous désirez faire le point sur une situation, recevoir un avis ou un point de vue différent, faire un choix, connaître le moment approprié pour une action, savoir quelle attitude adopter.

Fondé sur la constatation que le changement est la seule chose certaine, et que toute situation évolue en fonction de son  rythme propre, en captant le moment où vous vous situez. Le Yi Jing répondra à toutes vos questions en vous donnant la meilleure stratégie à adopter

 

Tél: 06 85 80 47 50

oooooooooooooooooooo

 

 

Qi GONG

et

Paysage 

 

Feng Shui Sensitif

 

Vallée  de l'Arberoue

(prés d'Hasparren)

et

Grottes d'Isturitz

 Tél: 06 85 80 47 50

 

ooooooooooooooooooooo 


Dragons

 

 

Passage 2016

Dragon d'Argent

Dragon de feu

Fred et Isabelle

Dragon d'eau

ooooooooooooooooooooo  




 

 

 

31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 23:00

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 23:00

 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:00

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:00

 

C'est l'angoisse des voyageurs et des expatriés : en cas de maladie ou d'accident, que faire ? Un problème qui se pose bien sûr en Chine, où on n'a souvent que le choix entre prix insensés ou soins de seconde zone. Notre reporter en a fait la douloureuse expérience.

Si par malheur vous tombez malade ou avez un accident en Chine, deux options s’offrent à vous, dans les grandes villes tout du moins. La plus évidente consiste à se rendre dans un hopital étranger(1), on vous y offrira des services équivalents à ceux proposés par une clinique privée en France, dans une ambiance aseptisée qui vous fera oublier jusqu’au fait que vous êtes en Chine. Les tarifs y sont en conséquence, et prohibitifs si vous ne disposez pas d’une bonne assurance - 600 RMB (environ 80 euros) pour une consultation de généraliste, 1500 RMB (environ 200 euros) pour celle d’un spécialiste.

Si vous n`avez pas de couverture médicale qui permette de prendre en charge les frais d’hospitalisation dans un hôpital étranger, où si vous êtes installé dans une province chinoise reculée, il vous reste l’option d’aller vous faire soigner dans un hôpital chinois. Afin d’éviter les mauvaises surprises, quelques conseils afin de vour préparer au mieux pour cette expérience.

Faites vous aider

L`auteur de cet article a été plongée brutalement dans la réalité de l’hopital chinois après une fracture des vertèbres suite à une chute à ski dans une station au nord de Pékin.
Premier conseil : s’il est difficile de s’assurer qu’on sera en bonne compagnie au moment de son accident, soyez au minimum toujours muni d’un téléphone portable, sans lequel vous risquez de disparaitre pendant plusieurs mois dans un hôpital de campagne. Transportée en civière à l’hopital local après ma chute, j’aurais pu y passer les trois prochains mois si les amis chinois qui m’accompagnait ne s’étaient démenés pour trouver un hôpital sur Pékin qui veuille bien m’accueillir et une ambulance pour m’y amener. L’hôpital chinois est en effet une sorte de self-service où les repas, ambulances et contacts entre hôpitaux doivent être organisés exclusivement par les patients eux-mêmes ou par leurs proches. Pour les transports en ambulance, sachez qu’il faudra aussi prévoir des amis pour vous porter, les ambulanciers ne venant jamais en nombre suffisant.

Patience

Deuxième conseil: armez vous de patience, les hôpitaux chinois étant réputés pour leurs files d’attentes interminables – l’occasion de pratiquer votre chinois avec vos camarades d’infortune. Troisième conseil : faites vos propres recherches. Transportée depuis la station de ski jusqu’à l’hôpital de Jishuitan à Pékin, j’y ai été examinée environ cinq minutes, puis on n’a mis un corset avant de me renvoyer chez moi, avec pour seule consigne de rester allongée et de revenir trois mois plus tard. Pas de suivi entre temps, pas de médicaments, des indications minimales, on reste un peu sur sa faim.

J’ai fini par payer la consultation à 1500 yuan les 10 minutes chez International SOS. Et je ne le regrette pas, bien que j’ai trouvé ces tarifs démesurés par rapport à la prestation fournie. S’il n’est pas du ressort de cet article de juger la qualité des soins offert dans un hopital chinois, on mesure en tout cas y faisant un passage le parcours du combattant que le chinois moyen doit accomplir pour se faire soigner. On en ressort avec une nouvelle appréciation pour le système de santé français, malgré ses failles, et des histoires à raconter.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 23:00

25/06/2012 | Chine Plus.

Un nouveau type de pères chinois - davantage impliqués dans l’éducation de leurs enfants - serait-il en train d’émerger ? C’est ce qu’affirme l’hebdomadaire Nandu Zhoukan.

Le reportage sur les « nouveaux nouveaux pères » 新新父亲 du Nandu Zhoukan commence par évoquer la figure traditionnelle du père chinois, « sévère » et « despote ».

« Dans le passé, l’autorité paternelle au sein des familles pouvait s’exprimer par {l’expression} ‘‘si le père veut la mort du fils, le fils ne peut que mourir’’父要子亡子不得不亡. », raconte un certain Sun Yunxiao, chercheur spécialiste de l’éducation en Chine.

La version moderne du père chinois tyrannique s’incarne en la personne de Xiao Baiyou qui a fait les gros titre de la presse chinois l’an dernier. Ce commerçant hongkongais, surnommé le « père loup », s'enorgueillit d’avoir éduqué ses enfants – dont trois sur quatre ont été admit à Beida, la meilleure université de Chine - au bâton, les rossant de façon « scientifique et artistique ».

Cette méthode dure semble avoir un nombre important d’adeptes en Chine, puisque 80 % des personnes répondant à une enquête sur la question ont répondu connaître « au moins un ‘‘père loup’’ » et 25 % « beaucoup », rapporte le site Shanghaiist.

Cependant, poursuit l’article, « ces trente dernières années, les pères chinois se sont dirigés vers un autre extrême ». Ceux-là, s’échinant à gagner de l’argent à l’extérieur du foyer sont en effet moins présents à domicile.

« Dans de nombreuses familles, les responsabilités domestiques ont été transférées à la mère, avance Huang Jingjing, l’auteur de l’article, ce qui a inversé la répartition des rôles entre pères et mères. On a vu apparaître les ‘‘gentils papas et les mères sévères’’‘慈父严母’».

Et aujourd’hui, une nouveau modèle de père « fait surface ». Le Nandu Zhoukan fait le portrait de Wen Zhigang, papa d’une fillette de 8 ans. L’homme raconte que lorsque sa fille était petite « il rentrait souvent tard le soir » et que même s’il jouait « parfois » avec elle, il le faisait « avec la tête ailleurs 人在心不在 », préoccupé qu’il était par son travail.

Lorsque pour des raisons économiques, sa famille s’est séparée de leur nourrice, il a dû passer plus de temps à s’occuper de sa fille. Wen Zhigang a commencé à s’interroger au sujet des relations père-enfant et à se documenter sur le sujet. Il a fondé récemment une structure qui vise à « appeler la société à reconnaître l’importance de la participation du père à l’éducation de l’enfant. » En six mois, raconte l’article, 500 familles ont fait appel a ses services.

D’après les observations de M. Wen, ces « nouveaux papas » ont entre 38 et 42 ans et « arrivés au milieu de leur vie, ils ressentent un besoin de changement. Ils commencent à penser que leur famille est importante et qu’ils devraient s’impliquer activement à élever leurs enfants. »

L’auteur et conférencier Dongzi fait le même constat : « Les pères sont de plus en plus présents à mes conférences. Il y a 15 ans, le ratio était de 1 {homme} pour 9 {femmes}, il est maintenant de 3 pour 7. »

Cependant, si cette tendance existe, elle semble encore marginale et les pères chinois restent encore largement absents dans l’éducation de leur enfant.

La journaliste cite une étude récente menée dans la région de Shanghai auprès d’élèves du primaire et du secondaire. Trois enfants sur dix affirmaient que leur père ne participait « dans l’ensemble » pas à leur éducation, et 5 ont déclaré que leur mère avait un rôle prépondérant et que leur père venait seulement « en support ».

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 23:00

 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 23:00

MERCI

MERCI1

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 23:00

 construite par la Chine en plein cœur de l’Angola

Nova Cidade de Kilamba est une ville flambant neuve, faites de bâtiments aux couleurs vives et impeccables, construite en moins de trois ans à une trentaine de kilomètres de Luanda, capitale de l'Angola. Nova Cidade de Kilamba est également à peu près vide, une ville fantôme bâtie par une compagnie d'Etat chinoise – China International Trust and Investment Corporation (Citic) – pour la modique somme de 3,5 milliards de dollars. Où sont passés les 500 000 personnes que peut accueillir ce complexe urbain qui détonne tant aux alentours de la capitale angolaise ?

Une journaliste de la BCC a visité Nova Cidade de Kilamba, décrivant un endroit"étonnamment silencieux, les voix rebondissant sur les murs de béton tout frais et les routes vides. Il n'y a guère de voitures et encore moins de personnes, juste des dizaines de rangées d'appartements colorés se répétant à l'infini, les volets fermés et les balcons vides. Après avoir conduit pendant quinze minutes, nous n'avons rien vu à part des ouvriers chinois, dont beaucoup vivaient dans des préfabriqués autour du site."

La ville nouvelle déserte est l'œuvre de l'Etat chinois qui, en contrepartie, a été payé, comme c'est souvent le cas en Afrique, par un accès prioritaire aux ressources naturelles du pays, le pétrole dans le cas de l'Angola.

Techniquement, le projet pharaonique a donc été amorti par le gouvernement angolais. Le problème, c'est que personne ne vient. Sur les 2 800 appartements disponibles dans un premier temps dans les 750 bâtiments de huit étages, seuls 220 ont été vendus. Sur la dizaine d'écoles du complexe, seule une poignée fonctionne.

Le projet est défendu bec et ongles par le gouvernement du président José Eduardo dos Santos, qui avant le début de son mandat avait promis de construire un million de maisons en quatre ans. Le problème actuel étant que les résidences de Nova Cidade de Kilamba – dont le prix oscille entre 120 000 et 200 000 dollars – sont inaccessibles pour la grande majorité de la population, dont les deux tiers vivent avec moins de 2 dollars par jours, selon les estimations des organisations internationales.

"Il n'y a tout simplement pas de classe moyenne en Angola, uniquement les très pauvres et les très riches. Et donc, il n'y a personne pour acheter ce type de logement", résume Elias Isaac, membre de l'Open Society Initiative of Southern Africa (OSISA), cité par la BBC. Le gouvernement angolais promet de faciliter les emprunts-logements et de prévoir une part de logements sociaux dans le parc immobilier. Ses détracteurs estiment qu'il a surtout voulu se précipiter en vue de l'élection présidentielle, qui a lieu le 31 août. (Photos Facebook).

source: M BLOGS 4 Juillet 2012 via MCB

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 23:00

03/07/2012 | (ALC).

Alors que la province s'enflamme à nouveau, un documentaire pour comprendre l'identité tibétaine.

En 2009, quelques semaines avant un double anniversaire, très sensible, en Chine – le cinquantenaire de la fuite en Inde du Dalai Lama et celui des dernières révoltes du Tibet, en Mars 2008, Charlotte Cailliez et Frédérique Zingaro étaient parties à la rencontre des Tibétains, pour essayer de comprendre ce que peuvent être leurs attentes et leurs espoirs. 

Mission complexe : la région autonome du Tibet est totalement interdite d’accès aux journalistes indépendants, et les zones tibétaines dans les provinces chinoises limitrophes de plus en plus étroitement bouclées par la police et l’armée. 

Même à Dharamsala en Inde, difficile de parler librement : les réfugiés tibétains – environ 3000 de plus, chaque année- sont traumatisés par la répression renforcée depuis les émeutes de l’an dernier et craignent des représailles contre leurs familles restées au Tibet.

Autrement dit, ce qui caractérise essentiellement le fait d’être tibétain, aujourd’hui dans le Gansu, le Qinghai ou le Hunan, c’est d’avoir peur …

Leur voyage a été ponctué d’expulsions manu militari, mais aussi de moments cocasses et de rencontres magiques, toujours en catimini… Delek, la jeune étudiante, qui étudie sa langue et sa civilisation, même si elle sait que la cause est déjà perdue. L’oncle Adung, l’éleveur de yacks, si fier d’être Tibétain… Tenzin , qui a 20 ans et débute comme acteur de télé et de cinéma, qui se verrait bien vivre à Shanghai, même si la pensée que ses enfants n’auront plus rien de tibétain lui brise le cœur…

Leur identité est en train de mourir, sur les haut plateaux, dans les villages et les monastères. Ecrasée sous la botte chinoise, ou noyée petit à petit dans une acculturation indissociable du progrès a la chinoise… 

Nous vous proposons aujourd'hui de revoir ce reportage à la recherche de l'identité tibétaine.


Comment être tibétain aujourd'hui ? by aujourdhuilachine 

Un reportage de de Charlotte Cailliez, Frédérique Zingaro et Mathias Lavergne - ARTE GEIE / Hikari Films – France 2009

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 23:00

29/06/2012 | Louise Bellecombe.

Si la Chine a promis qu’Hong Kong conserverait une relative autonomie jusqu’en 2047, il semble que quinze ans après la rétrocession, l’étau du communisme se resserre insidieusement sur l’ancienne colonie britannique.

La baie de Hong Kong

Le principe « un pays, deux systèmes » qui a permis jusqu’à présent à Hong Kong de profiter de libertés dont ne bénéficie pas le reste de la Chine, n’est-il pas en train de glisser vers une dangereuse « harmonisation » ?

Liberté d’expression en recul

Le site d’informations indépendant Asiasentinel rapporte les propos d’un reporter écarté de la rédaction du journal hongkongais South China Morning Post par le nouveau rédacteur en chef, officiellement pour des questions de budget.
« Pour moi, il est clair que c’est une décision politique. Cela fait 7 mois que Wang Xiangwei (ancien employé du journal officiel chinois, le China Daily ndlr) m’empêche d’écrire sur la Chine pour le journal », a déclaré le journaliste Paul Mooney.

Ses derniers reportages sur la Chine n'ont pas été publiés pour des motifs divers. Son cas est loin d'être isolé : plusieurs de ses confrères ont même reçu l'ordre de travailler sur des articles "plus positifs".

Paradoxalement, le New York Times vient de lancer sa version en ligne en chinois, espérant contrer la grande muraille de la censure. Reste à savoir si les articles pourront être lus sans difficulté.

« Une situation de plus en plus critique »

Selon le politologue hongkongais Willy Lam, « la situation est devenue de plus en plus critique ces dix dernières années. Hong Kong est supposée jouir d’une large autonomie mais le contrôle de Pékin s’est fait de plus en plus oppressant. Les médias reçoivent désormais des consignes pour ne pas mettre le gouvernement dans l’embarras ».

Pékin dispose d’ailleurs d’un bureau représentatif à Hong Kong qui lui permet de veiller au respect des instructions et ne se prive pas d’interférer dans la politique.

D'après le spécialiste, Hong Kong devrait être complètement intégré au modèle chinois d'ici une dizaine d'années maximum.
Le renforcement du contrôle de Pékin se caractérise, par ailleurs, par son soutien au nouveau chef de l’exécutif, Leung Chun-Ying, supposé être le garant de la loi fondamentale de Hong Kong, élu le 25 mars dernier.

Des commémorations tendues

Pour le politologue, les élections législatives de septembre prochain représentent également un danger pour l'autonomie de Hong Kong, Pékin ne se cachant pas de soutenir le candidat pro-chinois. Cette crainte est partagée par les Hongkongais, qui vont manifester le 1er juillet, comme chaque année depuis la rétrocession.

Ils espèrent être nombreux, ayant en tête la manifestation monstre de 2003 qui avait poussé Tung Chee-Hwa, chef du gouvernement de l’époque, à démissionner. Reste à savoir si Pékin tiendra compte du mécontentement grandissant des Hongkongais.

Partager cet article

Repost0
t>