Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le 17 Octobre 2012

L’automne

qiū

alaune 1012 automne

Chen Dehong, Automne, 2011

Avec le printemps, avènement de l’année nouvelle, l’automne est l’autre saison emblématique de la tradition chinoise. L’association des deux termes « Printemps et Automnes » est, dans les livres anciens, synonyme d’« année » ; elle désigne aussi une période de l’Antiquité, allant de 770 à 476 avant Jésus-Christ. L’automne, la plus belle des saisons dans la Chine du Nord, est omniprésent dans la poésie classique. Il accueille la Fête de la mi-automne, ou Fête de la lune, le 15 du huitième mois lunaire : en ce jour de pleine lune, symbole du rassemblement de la famille et des amis, la tradition veut que l’on monte sur un promontoire pour y contempler la lune, déclamer des poèmes et goûter aux gâteaux de lune, un verre d’alcool à la main.

Caractères

Ordre des traits

alaune 1012 traits

La clé des signes

Le sinogramme 秋 est composé de la céréale et du feu, évoquant les céréales couleur de feu à l’époque où elles arrivent à maturité. Associé à la clé du cœur 愁, il signifie la mélancolie.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 14 Octobre 2012

Par Sébastien Falletti

 publié le 03/09/2012 Figaro.fr

Un employé d'une firme high-tech en charge de la maintenance informatique de la municipalité de Shanghaï a revendu les informations personnelles concernant 200.000 bébés.
Un employé d'une firme high-tech en charge de la maintenance informatique de la municipalité de Shanghaï a revendu les informations personnelles concernant 200.000 bébés. Crédits photo : EYEPRESS/ASSOCIATED PRESS

Aujourd'hui, même les données personnelles des nourrissons sont sur le marché de contrebande.

En Chine, tout s'achète et se revend. On connaissait la commercialisation du lait frelaté, les trafics d'organes et l'écoulement des faux sacs Vuitton, mais l'imagination des criminels à la petite semaine est désormais sans limites. Et l'appât du gain, même le plus modeste, insatiable. Aujourd'hui, même les données personnelles des nourrissons sont sur le marché de contrebande. Une avancée dans la criminalité qui risque de faire rêver les agences de marketing du monde entier à la recherche d'informations toujours plus précises sur leurs consommateurs cibles. Les marketeurs en ont rêvé, Shanghaï l'a fait.

Les jeunes parents de la métropole chinoise ne se doutaient pas que «Big Brother» savait déjà tout de leur rejeton. Et que des entreprises bien informées sauront leur proposer sur mesure les produits dont ils ont besoin dans les prochaines décennies.

C'est désormais chose faite grâce à ce scandale d'un nouveau genre, éventé par la police chinoise: la revente des données personnelles des enfants dès leur naissance.

Un employé d'une firme high-tech en charge de la maintenance informatique de la municipalité de Shanghaï a revendu les informations personnelles concernant 200.000 bébés. Soit l'ensemble des naissances survenues dans les maternités de la ville durant l'année 2011 et jusqu'à avril de cette année!

48 personnes étaient au courant du trafic

Près de 200 millions d'informations sur la nouvelle génération de Shanghaïens ont été ainsi subtilisées par un ingénieur informatique. L'homme n'était pas un hacker désintéressé, puisqu'il a revendu son fichier à un représentant d'assurances ayant de la suite dans les idées. Après avoir stocké les précieuses données lui permettant de démarcher les jeunes parents pour leur proposer des contrats d'assurance ciblés, ce représentant a ensuite revendu son trésor à une filiale chinoise d'un groupe américain, Dun & Bradstreet, spécialisé dans la collecte et la gestion d'informations.

Jusqu'à ce que le scandale éclate et que la police remonte la filière en interrogeant 48 personnes qui étaient au courant de ce trafic high-tech. Les enquêteurs ont découvert que les 200 millions de données avaient été vendues pour la modique somme de 3800 euros… Il n'y a pas de petit profit dans l'immense Chine.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 11 Octobre 2012

Note de taxi salée pour un Français à Pékin

03/10/2012 | ALC.

Prendre un taxi en Chine est souvent source inépuisable d'histoires et d'aventures en tous genres. Mais cette fois, la mésaventure d'un français à Pékin fait parler d'elle sur les réseaux sociaux chinois. Selon le site China Smack, un weibonaute a en effet publié sur son compte la photo d'un ticket de taxi pékinois affichant la somme astronomique de 451 yuans (55 euros) pour une course de 153 km.

 

beijing-taxi-153km-451rmb-receipt-frenchman.jpg
Une facture salée

 

Rien d'extraordinaire à première vue. Sauf qu'en y regardant de plus près, on s'aperçoit que les 153 km ont été parcouru en seulement 39 minutes ! Et la course en question, celle d'un homme d'affaire français de Hong Kong, a été effectuée entre le terminal 3 de l'aéroport de Pékin et le centre ville, soit une trentaine de kilomètres.

Les internautes ont bien évidemment flairé l'arnaque. Comme le souligne l'un d'entre eux : "pour parcourir en voiture 153 km en une demi-heure, cet homme aurait dû rouler en moyenne à 249 km/h, soit seulement 9 km/h en dessous du record national de 258 km/h, et 30 km/h plus vite que la vitesse requise pour qu'un avion décolle. Veut-il vraiment voler ?" Sur son weibo, un présentateur de CCTV a même conseillé d'envoyer le chauffeur patrouiller autour des îles disputées de Diaoyu, pour "faire tourner la tête des Japonais"...

La compagnie du taxi concerné n'a pas voulu présenter d'excuses pour son chauffeur, arguant que ses reçus étaient souvent volés. Quant au client, il parle de complicité du dispatcher de l'aéroport. Ce dernier avait en effet demandé au Français s'il connaissait le tarif pour la course. Devant l'ignorance de l'homme d'affaire, il lui aurait alors dit qu'un trajet aéroport-Pékin s'élevait à "300, voire 500 yuans", (35 à 60 euros) avant de le diriger vers une voiture à l'écart. Et de murmurer quelque chose à l'oreille du chauffeur...

Pour info : le montant d'une course entre l'aéroport de Pékin et la ville est d'environ 70 à 100 yuans (8,5 à 12€)


Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 8 Octobre 2012

03/10/2012 | Aviva FriedChristele Jaime, et Wu Hannuo (ALC).

Alors que la Chine fait figure d'eldorado économique, la réalité sur place est sensiblement différente. La crise n'a pas épargné l'Empire du milieu, qui doit faire face à un ralentissement de sa croissance. Conséquence : les Chinois ont de plus en plus de mal à trouver un emploi. Reportage vidéo.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 5 Octobre 2012

02/10/2012 | Pauline Bandelier (ALC).

La superpuissance chinoise a-t-elle encore besoin des ONG étrangères pour se développer ? La question se fait pressante, alors que ces dernières sont de plus en plus confrontées à des difficultés sur le terrain.

En quelques années, la Chine est passée du statut de pays en voie de développement à celui de deuxième puissance économique mondiale. Cette croissance accélérée a entrainé le retrait de nombreux bailleurs de fonds internationaux, qui considèrent que le pays a désormais les moyens de faire face aux problèmes sociaux, environnementaux et ruraux auxquels il est confronté. Pour les ONG, il devient difficile d’obtenir des financements étrangers, et presque impossible d’accéder aux dons chinois. Néanmoins, des étrangers continuent leur engagement en faveur des laissés pour compte, ce qui relève parfois du casse-tête chinois.

Guillaume Gauvain a créé en 2003 l’organisation Béthel, qui vient en aide aux orphelins aveugles. « La jeunesse du cadre légal pour les ONG fait qu’il est difficile d'être reconnu », explique-t-il. « Cela créé bien sûr une série de problèmes pour le financement, le statut des employés et la durabilité de l'organisation… ». En effet, sans enregistrement, pas de possibilité de lever des fonds en Chine, et l’obligation de travailler avec des intermédiaires chinois pour la mise en œuvre des projets.


Ainsi, Blandine Ricouart, qui travaille pour l’association Enfants du Ningxia, doit passer par le canal obligé d’une fondation hongkongaise pour gérer les relations politiques avec la ligue des jeunes communistes du Ningxia, sans qui aucun projet ne peut se faire. A ces contraintes administratives s’ajoutent un flicage permanent du gouvernement local, qui exige de connaitre l’identité de chaque bénéficiaire malgré la transmission régulière de rapports d’activités par l’association. Confrontée à la réduction des financements, la jeune femme recherche actuellement un partenaire chinois pour monter des projets communs mais peine à trouver une structure stable.

Contraintes administratives

Au-delà des questions financières et administratives, la mise en œuvre de projets peut aussi donner lieu à des frustrations. Joël Baumgartner, coordinateur pour la Chine de l’association Initiatives et Développement, raconte par exemple qu’un projet de chauffe-eaux solaires lancé par le bureau local de lutte contre la pauvreté venait faire double emploi avec un projet similaire lancé par Initiatives et Développement l’année précédente dans la région. «D’autant que la mise en œuvre, verticale, fait parfois peu de cas du contexte local », déplore-t-il.
Dans un contexte de montée du mécontentement des plus défavorisés illustré par des soulèvements réguliers, il devient pourtant essentiel d’apporter des solutions qui répondent vraiment aux besoins sur place. Dans cette optique, les ONG chinoises pourraient constituer une alternative crédible pour peu qu’elles arrivent à se professionnaliser et à acquérir une autonomie face aux pouvoirs publics omniprésents.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 2 Octobre 2012

28/09/2012 | Chine Plus.

  La vague d’émigration des riches hommes d’affaires fait du bruit en Chine. Le Nanfang Zhoumo dresse le portrait de ceux qu’on appelle les « businessmen nus ». De notre partenaire Chine Plus.

l y a quelques mois, la presse chinoise avait abondamment commenté le cas des « cadres nus » 裸官– ces hauts fonctionnaires « restés seuls en Chine après avoir envoyé leur famille et leur argent à l’étranger » comme l’explique une revue de presse du site Question Chine –, un autre phénomène défraie aujourd’hui la chronique : celui des « businessmen nus » 裸商.

Pour son enquête spéciale qui fait les gros titres de l’édition de cette semaine, le Nanfang Zhoumo est allé à la rencontre de ces « businessmen nus ». Ma Hao, 41 ans, correspond bien au portrait type du "businessman nu" : « 35-45 ans et dont la fortune s’élève à 10, jusqu’à 40 millions de yuans ». Il confie au journal du Sud que dans les soirées huppées les conversations finissent invariablement par dériver sur le sujet de l’expatriation. Une enquête du Hurun Rapport – organisation qui publie un classement annuel « de référence » des grandes fortunes chinoises, citée par The Economist , semble confirmer l’importance de cette tendance. D’après les données recueillies dans le rapport 2012, sur les 63 500 Chinois ou Chinoises possédant une fortune personnelle supérieure à 10 millions de yuans (1,22 million d’euros), plus de 16 % ont déjà émigré et 44 % « envisagent de le faire dans un avenir proche ».

LA POLITIQUE CHINOISE N'EST « PAS ASSEZ STABLE »

Le Nanfang Zhoumo affirme que cette « vague » - la troisième que connaît la Chine depuis le début des réformes instaurées par Deng Xiaoping - a commencé en 2010. Depuis, de nombreux chercheurs affirment que l’émergence des « businessmen nus » ne représente pas seulement une perte de capital, mais risque également de provoquer des problèmes sociaux et financiers. Ces hommes d’affaires se serviraient en effet de leurs entreprises pour obtenir des hypothèques et des prêts de la part des banques avant de transférer leur argent à l’étranger et se déclarer « en faillite » en Chine.

Face à cette avalanche de critiques, Ma Hao qui possède un passeport néozélandais et gère deux sociétés et une dizaine d’appartements à Shanghai tente de se défendre : « Il ne faut pas croire que les riches qui émigrent sont coupables. C’est juste que notre aisance financière nous donne plus de possibilités. » Il affirme que la raison principale qui l’a poussé à s’expatrier est « d’offrir une meilleure enfance à son fils », c’est-à-dire un système scolaire moins strict et dans un meilleur environnement que celui de sa ville natale. Ce motif est largement invoqué parmi les riches expatriés chinois. Selon le Hurun Rapport, 58 % d’entre eux ont cité l’éducation de leurs enfants comme première cause d’expatriation, le désir de sécuriser leurs biens arrive en deuxième position avec 43 %.

FUIR AVEC L’ARGENT QUAND L’ÉCONOMIE IRA MAL

« La politique chinoise est instable », se plaignent Ma Hao et ses amis lors de leurs soirées. Ils trouvent que les entreprises privées sont bien moins avantagées que les entreprises publiques. Ma Hao rapporte que, récemment, il entend de plus en plus parler de « levées d’impôts soudaines » à travers le pays. « Les préoccupations au sujet de la sécurité de leurs biens voire de leur propre personne expliquent les départs des entrepreneurs {fortunés}», écrit le journaliste du Nanfang Zhoumo. Les mauvaises prévisions de la croissance chinoise (lire notre article : La Chine en chute (libre) ?) sont également un facteur d’inquiétude pour ces businessmen. « C’est un sujet tabou, mais dont on parle souvent dans certains milieux : comment fuir à l’étranger en emportant l’argent quand l’économie chinoise ira mal », poursuit le journaliste.

L’investissement personnel direct à l’étranger étant toujours interdit en Chine, faire sortir l’argent du pays pour investir n’est pas chose aisée, explique le Nanfang Zhoumo. Plusieurs de ces businessmen utilisent des sociétés-écrans ou, plus fréquemment, le service de « banques souterraines » pour arriver à leurs fins.

Cependant, nombreux sont ceux qui ne désirent pas forcément rejoindre leur famille à l’étranger. Li Yuan, un homme d’affaires de Wenzhou dont les parents sont installés au Canada depuis 2005 déclare : « Nous ne pouvons pas quitter la Chine. Où pourrait-on trouver au Canada un business qui rapporte un profit de 15 % par an ? En Chine, on peut. » D’après le journaliste du Nanfang Zhoumo, l’idée que les émigrants emporteraient toute la richesse de la Chine dans leur bagage serait à nuancer. D’après les chiffres fournis par l’association des agences d’immigration à Pékin, 94 % de la richesse des émigrants se trouverait encore en Chine.


Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 29 Septembre 2012

 

N'oubliez pas de réunir la famille tout en admirant la lune ce dimanche pour fêter la fête de la lune.

Si vous pouvez vous déplacer dans le quartier chinois du 13ème arrondissement à Paris ou dans un magasin asiatique faites-vous plaisir en découvrant et goûtant un gâteau de la lune (moon cake). On en trouve en cette période de l'année dans tous les supermarchés asiatiques sous forme de boîtes métalliques colorées.

A cette occasion, je vous recommande de voir ou revoir cette vidéo afin de pouvoir dire bonne fête de la lune en chinois.

Quelques images du gâteau de lune (moon cake)

Le moon cake est composé entres autres choses d'un jaune d'oeuf et de fruits secs.

Le gateau de lune se mange avec des fruits et se déguste avec un thé vert.

La fête de la lune se célèbre le quinzième jours du huitième mois du calendrier lunaire. C'est une fête traditionnelle et familiale pendant laquelle les familles chinoises se retrouvent et dégustent en regardant la lune le gâteau de lune "yue bing" fourré avec un jaune d’œuf.

Si vous avez une épicerie près de chez vous vendant des produits asiatiques vous avez toutes les chances d'en trouver. Demandez simplement des gâteaux de lune.

Cette année la fête de la lune tombera le 30 septembre 2012

L'histoire de la fête de la lune

Cette fête remonterait à plus de 2000 ans. L'origine de cette fête à plusieurs versions, mais la plus répandue est celle de l'archer Houyi 后羿 qui selon la légende aurait tué avec son arc 9 des 10 soleils du monde d'en haut qui s'étaient mis à briller en même temps dans les cieux.

L'empereur Yao lui avait en effet ordonné de les abattre afin de faire cesser les calamités liées à ces dix soleils brulant la végétation, tuant les animaux et obligeant les hommes à vivre cachés.

Houyi reçu plus tard un élixir de longue vie (pilule d'immortalité) mais sa femme, le belle Chang'e 嫦娥  lui déroba. La potion avalée elle se mit à flotter et s'envola jusqu'à la lune où elle séjournerait toujours. A son arrivée sur la lune, elle toussa  et une partie de la potion sortie et se transforma en un lièvre. C'est pour cela que les chinois voient sur la lune la forme d'un lièvre lorsqu'ils la contemple en mangeant leur gâteau.

Fête de mi-automne

Cette fête porte également le nom de fête de mi-automne et correspond à la saison de la récolte, période très importante pour les sociétés rurales comme la chine ancienne.

Cela explique l'importance de ce jour après bien sur le nouvel an chinois.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 26 Septembre 2012

24/09/2012 | Pierre Haski et ( Rue 89 ).

Ce livre est un monument. C’est d’abord une recherche historique exceptionnelle qui documente de manière implacable des faits connus mais jamais autant étayés ; c’est aussi un monument à la mémoire d’un père, victime de la tragédie que raconte ce livre.

« Stèles : la grande famine en Chine, 1958-1961 », du journaliste chinois Yang Jisheng, documente la plus grande catastrophe politique et humanitaire du XXe siècle, les 36 millions de morts de la famine due au Grand Bond en avant, un plan de développement économique désastreux lancé par Mao Zedong.

Yang Jisheng a aujourd’hui 71 ans et, de ce fait, ne craint rien, ni représailles du pouvoir, ni carrière brisée pour avoir publié le fruit de ses recherches d’abord à Hong Kong, puis dans le reste du monde.

Le livre, évidemment, est introuvable officiellement en Chine, même si l’on sait qu’il circule sous le manteau.

Ce journaliste n’est pas un dissident. C’est un homme qui s’est engagé jeune dans la révolution maoïste, qui y a cru, qui en a partagé les moments forts. Il a même fait carrière à l’agence Xinhua (Chine nouvelle), le cœur du système d’information du Parti communiste.

Même lorsque son père est mort affamé, en 1959, Yang Jisheng, alors étudiant révolutionnaire, s’est bien gardé de toute « mauvaise pensée » qui aurait pu attribuer aux décisions politiques le malheur qui frappait sa famille.

Image of Stèles : La grande famine en Chine, 1958-1961
Manufacturer:Seuil
Part Number:
Price: EUR 28,00

Et pourtant, Yang Jisheng a fini par réaliser que le sort de son père a été partagé par d’autres, des milliers d’autres, des millions d’autres, des dizaines de millions d’autres.

A partir du début des années 90, le journaliste s’est mis à sillonner le pays à la recherche des traces de ce « Grand bond en avant » et de la famine qu’il avait entraînée. Il a rencontré des survivants, aujourd’hui âgés et dont la parole est, là encore, libérée par l’age, et consulté des milliers de pages d’archives jusque là inconnues.

Et il a raconté :

la bataille politique précédant le Grand Bond en avant, lorsque Mao Zedong a bataillé ferme pour s’imposer contre ceux qui dénonçaient l’« aventurisme » économique, avec à leur tête le pourtant fidèle Zhou Enlai, humilié et contraint à l’autocritique ;
la folie de cette politique économique qui visait à dépasser la Grande-Bretagne dans la production d’acier (ce qui fut fait en... 1993 !), et qui a totalement déstabilisé la production et l’économie rurale, plongeant les campagnes dans la famine alors que les récoltes étaient saisies pour nourrir l’armée, les villes, les ouvriers ;
le cannibalisme qui s’est produit à grande échelle dans les campagnes chinoises affamées, et dont il donne de nombreux exemples et récits qui font froid dans le dos.
Il raconte par exemple de manière très détaillée comment, dans la province centrale du Henan, région agricole s’il en est, là où « le drapeau rouge a été brandi le plus haut », les décisions politiques se sont payées en montagnes de cadavres.

Dans la seule préfecture de Xinyang, au sud-est du Henan, entre 1959 et le printemps 1960, au moins un million de personnes sont mortes de faim, soit, écrit-il, « une personne sur huit » :

« Mais pendant quarante ans, les personnes extérieures à la région ne surent rien des tenants et aboutissants de cette affaire. »

Au cœur de la catastrophe, les prévisions de production agricole données par les dirigeants locaux, toujours gonflées pour être bien vus, mais sur lesquelles se basaient les ordres de réquisitions de l’Etat. Dans ses mémoires, un dirigeant local raconte :

« Après la réunion élargie, je suis retourné à la préfecture pour m’occuper des achats réquisitionnés de la moisson d’automne. La province les avait fondés sur l’excellente récolte de 1958, et notre préfecture livra son quota de 800 000 tonnes en prenant aux paysans toutes leurs rations de grains et leurs semences.

La moisson d’automne à peine terminée, il ne restait plus rien à manger dans maints endroits, et les gens commencèrent à fuir la préfecture pour chercher de la nourriture. De nombreuses cantines collectives durent fermer, et les pauvres villageois en furent réduits à tromper leur faim en mangeant des feuilles de patates douces et des herbes sauvages. »

« J’ai senti l’odeur de viande en train de cuire »

Yang Jisheng cite le témoignage d’un vieux paysan du village de Fanghu :

« Le phénomène du cannibalisme n’avait rien d’exceptionnel. Moi-même, je l’ai fait. C’était à Yaozhuang, où j’étais allé trouver le chef de l’équipe de production, Yao Dengju : en entrant dans son bureau, j’ai senti l’odeur de viande en train de cuire. Il m’a dit : “Tu veux de la viande ?” J’ai demandé : “Qu’est-ce que c’est comme viande ?” Il m’a répondu : “Du porc.” J’ai soulevé le couvercle et goûté un morceau, c’était tendre. “Ce n’est pas du porc”, ai-je dit. Il m’a expliqué que c’était de la chair que quelqu’un avait découpée dans un cadavre enterré, et qu’il en avait pris un morceau et l’avait cuisiné. »

Le récit de Yang Jisheng s’étend sur 600 pages, il en fait le double en chinois, mais a accepté d’en faire une version plus réduite pour les éditions étrangères, travaillant étroitement avec les traducteurs qui ont fait un travail de présentation pour un public non averti absolument remarquable.

Amnésie historique

Il fait un travail de mémoire colossal, dans un pays qui, trop souvent, met les faits gênants de son Histoire sous le tapis ou les manipule pour des raisons politiques. Le bilan du règne de Mao est ainsi évalué à « 70% positif » par le Parti, les 30% restants (y compris les 36 millions de morts) étant passés par pertes et profit, et gommés des livres d’Histoire.

Le journaliste écrit :

« Nous devons nous souvenir non seulement de ce qui est beau et bon, mais aussi de nos crimes, de nos bassesses ; non seulement de la lumière, mais aussi des ténèbres. Les hommes au pouvoir dans les systèmes totalitaires cachent leurs crimes et mettent leurs bonnes actions en valeur, ils camouflent leurs fautes sous des slogans ronflants, ils effacent de force de la mémoire humaine les catastrophes qu’ils provoquent, les ténèbres, les crimes. C’est pourquoi les Chinois souffrent si souvent d’amnésie historique : elle est forcée par le pouvoir. »

Il ajoute cette phrase de portée universelle :

« J’érige ces stèles précisément pour que les gens se souviennent de cette catastrophe provoquée par l’homme, de ces ténèbres et de ces crimes, afin qu’à l’avenir on ne les reproduise pas. »

Avec notre partenaire:

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Repost0

Publié le 23 Septembre 2012

12/09/2012 | Aviva Fried (Aujourd'hui la Chine).

Alors qu'Apple doit dévoiler son iPhone 5, les questions sur les conditions de fabrication en Chine de l'appareil préoccupent toujours.

Comme toujours avant la sortie d'un nouveau produit Apple, l'iPhone 5 suscitait un énorme buzz avant sa sortie. Buzz du côté des consommateurs, mais également du côté des défenseurs des droits des ouvriers. Car les conditions de fabrication du dernier gadget de l'entreprise à la pomme sont une nouvelle fois l'objet de critiques. Foxconn, principal fournisseur d'Apple, est accusé d'avoir forcé des étudiants à travailler dans son usine chinoise de Zhengzhou, pour pouvoir assurer la cadence de production de l'iPhone 5.

Problème de sous-traitants

Selon le New York Times, ainsi que plusieurs médias officiels chinois, les étudiants auraient subi des pressions de la part de leurs professeurs pour qu'ils aillent compenser le manque d'ouvriers dans les ateliers du géant taïwanais. Des "stages" sur les chaînes d'assemblage leur auraient ainsi été imposés. Un nouveau scandale, démenti par Foxconn, mais qui vient encore une fois ternir la réputation d'Apple, alors que le géant américain a à coeur de se présenter, aux yeux du monde, comme une entreprise éthique.

Mais bien sûr, si Apple est le plus connu, ce n'est certainement pas le seul fabricant à être pris au piège du système de rentabilité à tout prix pratiqué par ses fournisseurs. La Chine est depuis longtemps le paradis du smartphone : c'est dans le pays que sont assemblés la plupart des téléphones vendus dans le monde entier. Et bien sûr, l'argument est toujours le même : avec une main d'oeuvre bon marché, les coûts de fabrication dans l'Empire du milieu sont imbattables. Mais le profit à tout prix dérange de plus en plus des consommateurs qui ont du mal à rester insensibles aux nombreux rapports soulignant les conditions de travail, parfois déplorables, dans lesquelles sont fabriquées les dernières merveilles technologique.

Principaux concernés : les sous-traitants. Car si Apple et son principal concurrent, le Coréen Samsung, jurent qu'ils vont respecter les droits des ouvriers, leurs chartes de bonne conduite sont plus difficiles à faire appliquer aux dizaines de petites entreprises dont les employés assemblent à la main les téléphones. C'est ainsi qu'Apple a déjà eu à faire face à de nombreuses critiques, la plupart concernant là aussi son principal sous-traitant, le géant taïwanais Foxconn.

Après plusieurs vagues de suicides dans l'entreprise, et suite à des rapports réalisés par des ONG montrant que certains ouvriers travaillaient 7 jours sur 7 ou que d'autres n'étaient pas majeurs, le géant américain avait décidé d'organiser un auditgéant de tous ses fournisseurs. Résultat : Foxconn a été contraint d'augmenter les salaires de ses employés et d'améliorer leurs conditions de travail. Même si, apparemment, des efforts restent à faire...

Contrôles renforcés

Quelques mois après, c'est Samsung qui est dans la tourmente : accusé de faire travailler des enfants, le Coréen a dû à son tour organiser une inspection de tous ses sous-traitants. Et a pris des engagements pour moraliser les conditions de travail dans les usines de ses fournisseurs. Car, image oblige, pas question de se laisser distancer par Apple au jeu de l'entreprise technologique la plus respectueuse des droits des travailleurs...

Cette prise de conscience des géants de l'électronique, et leur volonté affichée de plus de transparence, est bien évidemment une victoire pour les ouvriers, mais cela ne suffit pas à changer radicalement les méthodes de travail dans le pays. Car siApple, Samsung, et, par extension, Foxconn payent le prix de leur "célébrité" par des contrôles renforcés, une multitude d'autres petits fournisseurs continuent eux à fabriquer les smartphones dans les mêmes conditions de non-droit. Encouragés en cela par des commanditaires chinois et étrangers qui exercent une pression toujours plus importante pour réduire au maximum les coûts.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0

Publié le 22 Septembre 2012

 Le Monde.fr avec AFP et Reuters 2012/09/24

 


Le logo de Foxconn.

 

Une usine chinoise du groupe taïwanais Foxconn, l'un des principaux sous-traitants d'Apple, a fermé temporairement à la suite d'une rixe impliquant 2 000 ouvriers, dans le dortoir logeant les salariés, a indiqué, lundi 24 septembre, la maison-mère Hon Hai. La bagarre, qui a éclaté dimanche soir sur le site de Taiyuan, dans le nord de la Chine, a fait une quarantaine de blessés, a ajouté le groupe dans un communiqué.

"Le site a fermé aujourd'hui, seulement aujourd'hui, pour les besoins de l'enquête. Elle rouvrira demain", a déclaré à l'Agence France-Presse un porte-patrole de Hon Hai, Simon Hsing. Selon le communiqué, il s'agissait d'"une dispute entre plusieurs employés". La police a mis fin aux échauffourées.

L'usine de Taiyuan emploie 79 000 personnes et fabrique des composants électroniques pour les automobiles, les biens de grande consommation et les moulages de précision. Foxconn est le premier fabricant mondial de composants informatiques et travaille notamment pour Apple, Nokia et Sony. Il emploie un million de personnes en Chine, dont la moitié sur son site principal, à Shenzhen, près de la frontière chinoise avec Hongkong.

 

QUELLES CONDITIONS DE TRAVAIL ?


Le groupe taïwanais a fait l'objet de critiques sévères ces dernières années en raison de ce qui a été qualifié de conditions de travail excessivement dures dans ses usines chinoises. Depuis 2010, plus d'une douzaine de ses salariés dans ce pays se seraient suicidés. Une enquête en immersion a récemment révélé les conditions des ouvriers de Foxconn qui assemblent l'iPhone 5 d'Apple.

La Fair Labor Association, une association qui a dénoncé de nombreux abus, a toutefois indiqué cet été que les conditions de travail s'étaient améliorées, avec notamment une baisse des horaires hebdomadaires, qui dépassaient les 60 heures il y a quelques mois.

Voir les commentaires

Rédigé par Ecole de Tai Ji Quan Côte basque

Publié dans #taichichuan-cotebasque

Repost0
<< < 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 > >>